Vélo et fertilité

Course de vélo

Vous voyez sans cesse les cyclistes professionnels dans cette position et l’utilisez vous-même pour gagner en vitesse : plié dans une posture aérodynamique sur le guidon avec le corps en équilibre sur la pointe de la selle. Mais l’utilisation de cette position peut-elle mener sur le long terme à une baisse de la fertilité masculine et sa santé sexuelle ?

Le vélo peut-il conduire à une baisse de la fertilité masculine ?

C’est en effet la suggestion émise par le Pr Diana Vaamonde, de l’Université de Cordoba Medical School en Espagne.

Cycliste


Dans son dernier rapport, elle explique que les triathlètes dont l’entraînement consiste à faire des milliers de kilomètres en vélo chaque semaine ont le plus bas ratio de spermatozoïdes de qualité. La fertilité masculine dépendant aussi bien de la quantité de sperme produite que de sa qualité.
L’étude a été menée sur des triathlètes en compétition sur les très exigeantes courses Ironman durant lesquelles chaque participant doit compléter successivement 3.9 km en natation, 181.7km en vélo et finir par un marathon (42.2km).

Une incidence sur la qualité du sperme

Il a ainsi été découvert que les participants roulant durant plus de 300km en vélo par semaine voyaient leur taux de qualité de sperme descendre à 4% seulement. Alors que pour procréer, un minimum de 30% des spermatozoïdes doivent être de qualité.

Le rapport spécule ainsi qu’une basse qualité du sperme résulte d’un certain nombre de facteurs : irritation et compression des testicules contre la selle du vélo, ainsi que la chaleur produite par le port de shorts de cyclisme ultra serrés et en matière Lycra. La spermatogenèse (production du sperme) est extrêmement sensible à la température du corps.

Mais, explique le Pr Richard Davison, expert en physiologie du sport à Edinburg Napier University, les cyclistes occasionnels n’ont pas de soucis à se faire.

L’entraînement intensif en cause ?

« Pour de nombreux hommes, la qualité du sperme peut être autant fautive que la quantité », déclare Davison. « Le trajet vers l’ovule entrepris par les spermatozoïdes est long et traumatique, et requiert un sperme en bonne santé pour l’accomplir. Mais la plupart des hommes faisant du vélo n’ont pas de problème de fertilité. »

Davison fait remarquer que parmi les hommes qui entreprennent des régimes d’entrainement drastiques nécessaires pour le cyclisme professionnel, d’autres facteurs sont sûrement la cause d’une mauvaise qualité de sperme.

« Les heures d’entrainement auxquelles ils se soumettent peuvent avoir un impact significatif sur la reproduction. Lorsqu’une quantité considérable d’énergie dépensée lors d’un entraînement est dirigée vers le renforcement musculaire, d’autres parties du corps en souffrent. » énonce-t-il.

Lors d’entrainements intenses, un cycliste peut dépenser jusqu’à 800 calories par heure, tandis que le peloton du Tour de France a souvent besoin de consommer jusqu’à 9000 calories par jour.

« La quantité d’activité physique effectuée par les cyclistes sur une année est probablement plus importante que n’importe quelle autre catégorie de population au monde, » précise Davison.

Dans une carrière de disons 10 ans de courses et entrainements, la quantité d’énergie dépensée est considérable, cependant il n’y a aucune preuve de baisse spectaculaire des taux de conception. Si il y en avait un, nous le saurions. La plupart des cyclistes que je connais ont des enfants. »

Le vélo diminue-t-il alors la production de testostérone ?

Cependant, comme le sait le cycliste Chris Boardman, une quantité colossale d’entrainement peut, dans certains cas, mener à une baisse des hormones créées dans les testicules. Vers la fin de sa carrière, Boardman avait été prévenu par ses médecins que son corps avait arrêté de produire de la testostérone.

« Testostérone et hormone de croissance naturelle aident à la récupération et la croissance anabolisante – durant chaque entrainement les muscles se fragilisent et ces hormones aident le corps à se renforcer, » explique Pr Davison.

Il peut en résulter le syndrome de surentraînement. Le cycle normal d’entrainement, repos et récupération, peut s’effondrer lorsque les athlètes deviennent trop fatigués. Si une personne s’entraîne trop, il est possible que son taux de sperme baisse.

Les selles de vélo de course sont conçues pour la vitesse et l’aérodynamisme plutôt que pour le confort. La plupart des cyclistes savent que l’irritation et les engourdissements dans cette région est inévitable.

La prostatite, une inflammation de la glande de la prostate, est souvent mentionnée en relation avec le cyclisme. Mais aucun lien médical n’a été définitivement établi.

Toutefois, une simple irritation due à la selle peut conduire à un engourdissement tandis que de longues périodes sur la selle sont connues en tant que facteur de la dysfonction érectile.

Des précautions à prendre ?

« Travailler dur pendant une longue période sur une selle mènera toujours à une réduction du flux sanguin », explique Lee Dumbarton, technicien de la géométrie du corps au sein des magasins Sigma Sports à Londres.
« Avec une mauvaise selle, il peut descendre jusqu’à 8% du flux normal, mais avec une bonne selle bien ajustée, il ne tombera qu’à 60%. Ce problème ne peut être empêché, seulement limité. »

Dumbarton recommande aux cyclistes de toujours utiliser un short avec un rembourrage substantiel, tandis que les coureurs vétérans devraient envisager une consultation de vélo ajusté.

Booster sa production de testostérone

Pour résumer les différentes expositions précédentes :

  1. Des séances de vélo intensives peuvent altérer le taux de qualité du sperme.

  2. D’autres éléments comme la dépense d’énergie sont à considérer : l’énergie va servir en priorité au renforcement musculaire.

  3. L’entrainement régulier et intensif a un impact négatif sur la production de testostérone, pouvant aller jusqu’à la stopper.
    De plus, cette testostérone va se concentrer sur la récupération musculaire au détriment de la production de sperme.

On peut donc en déduire que toute pratique de sport longues, répétées, ou encore d’endurance peut diminuer la qualité du sperme et la production de testostérone.
Dans le cas précis du cyclisme, l’augmentation des risques de fertilité seraient plutôt liée à l’irritation, la compression et l’échauffement des parties intimes au cours de la pratique.

Les bienfaits du froid sur la production de testostérone

Depuis de nombreuses années, les bains d’eau glacée post-entraînements sont réputés dans le monde du sport pour aider à éliminer les toxines. Mais ce que l’on dit moins, c’est que le froid a aussi pour bienfait de booster la production de testostérone naturelle !

Pour anecdote, avant les compétitions, les haltérophiles russes et chinois ont longtemps eu pour habitude de refroidir leurs testicules à l’aide de packs de glace afin d’améliorer leurs performances !

Des solutions rafraîchissantes

Afin de faciliter l’application de froid sur les testicules, Climsom vous propose deux solutions qui vous permettent :

  • d’augmenter votre production de testostérone naturelle.
    Elle favorisera le développement de votre masse musculaire et ainsi vos performances sportives, et sera essentielle dans votre spermatogenèse.

  • de lutter contre l’hyperthermie scrotale.
    Une chaleur excessive au niveau des parties intimes nuit à la production des spermatozoïdes et de la testostérone. C’est d’ailleurs ce qui se passe lors de séance de sport, et notamment dans la pratique du cyclisme. L’assise prolongée sur la selle du vélo ainsi que les shorts en Lycra favorise cet échauffement.
    Rafraîchir le scrotum d’un degré ou plus de manière régulière permet d’améliorer la quantité et la qualité du sperme.

  • de vaquer à vos occupations tout en profitant des bienfaits du froid sur les testicules et le scrotum.

Les caleçons rafraichissants Snowballs

Les caleçons Snowballs sont des caleçons en coton bio dans lesquels se trouve un emplacement pour y glisser des poches de gel (non toxique). Préalablement placés aux réfrigérateur, ces poches de gel vont vous permettre de faire baisser la température de vos testicules. Pleinement rafraichissantes pendant 30 minutes environ, 3 poches sont fournies pour vous permettre de les alterner. Faites ainsi durer la fraîcheur plus longtemps et voyez alors votre production de testostérone naturelle et de sperme s’améliorer !
Discret, vous pourrez faire ce que vous souhaitez sans que personne ne sache ce qu’il se passe dans votre pantalon !

A porter 2 à 4h par jour.
Boite de 2 caleçons en coton bio, 4 tailles disponibles.
3 poches de gel non toxique incluses et 1 un guide d’utilisation fourni.

Le coussin d’assise rafraichissant ClimSeat

Le ClimSeat est coussin orthopédique qui soulage le mal de dos et corrige votre posture. Il possède cependant un petit secret supplémentaire ! Une ouverture lui permet d’accueillir une poche rafraichissante. Son poids de 1.8kgs lui accorde une forte inertie thermique. Il vient ainsi réduire l’hyperthermie scrotale engendrée par une position assise prolongée. Il participe à son tour à la production de testostérone et de sperme, et vous permet tout en travaillant de profiter des bienfaits du froid.
Placé sur votre canapé, sur une chaise pendant un long repas, ou encore sur votre siège de bureau, vous n’aurez qu’à interchanger les poches rafraichissantes dès que besoin.
La solution de bureau idéale !

Inclus :
1 coussin orthopédique
2 poches rafraichissantes de 1.8kgs chacune (poids total du pack : 5kgs)
1 notice d’utilisation

Le pack Fertilité

Vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté et mettre un maximum vos parties au frais ? Le Pack Fertilité est fait pour vous !
Il vous évite un choix cornélien entre les caleçons rafraichissants Snowballs et le coussin d’assise ClimSeat !

Depuis plus de 10 ans, Climsom tient à améliorer chaque jour votre bien-être et votre confort.

Pour plus de renseignements :
contact@climsom.com
02 85 52 44 74

Ces articles peuvent vous intéresser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *